Mugs publicitaires

banniere-cms-legislation

La loi sur la transition écologique votée en 2015 continuera de faire parler d’elle pendant quelques années encore. En effet, au 1er janvier 2020, l’article 73 interdisant la vaisselle en plastique à usage unique sera appliqué. Cet article a des conséquences multiples, aussi bien sur les entreprises que sur les particuliers. Explications :

1/ Ce qui va changer en 2020

a. La loi

« A partir du 1er janvier 2020, la vaisselle jetable en plastique (gobelets, verres et assiettes jetables après utilisation) sera interdite. Seule pourra être vendue ou distribuée gratuitement, en vente à emporter ou en consommation sur place, la vaisselle jetable compostable en compostage domestique et constituée pour tout ou partie de matières biosourcées. »

Ministère de l’économie

Mais alors, qu'est-ce que cela veut dire ?

Ce qui est interdit à partir du 1er janvier 2020

La vente et la distribution de gobelets, verres et assiettes jetables en plastique.

Ce qui est toujours autorisé au 1er janvier 2020

  • Les couverts en plastique
  • Les gobelets en plastique des machines à café, considérés comme emballage et pas comme contenant (Directive 94/62/CE du Parlement Européen).

Ce qui est autorisé sous conditions au 1er janvier 2020

La vente, ou distribution gratuite pour la vente à emporter et la consommation sur place, de la vaisselle jetable compostable domestiquement ET composée de matières biosourcées.

Les matières biosourcées : Les produits biosourcés sont des produits industriels non alimentaires obtenus à partir de matières premières renouvelables issues de la biomasse (végétaux par exemple) telles que l'amidon de maïs, la fécule de pomme de terre, les fibres textiles ou de cellulose, ou le bambou...

Source : ADEME.

matiere-biosourcee-cms
  • En janvier 2020, la vaisselle jetable devra être composée, à minima, de 50% de matières biosourcées.
  • En janvier 2025, ce chiffre passe à 60%.

Cette loi sur la transition énergétique intervient dans un contexte mondial et européen de transition : l’ONU a fixé des objectifs sur le recyclage des déchets et une stratégie à l’échelle de l’Europe continue d’être mise en place. Elle suit aussi la ratification de l’Accord de Paris (COP 21), représentant le premier accord universel pour le climat.

En d’autres termes, la législation 2020 s’inscrit dans la continuité des objectifs fixés à l’échelle internationale.

b. L'impact sur les entreprises

Pour les entreprises de plasturgies, les enjeux sont majeurs, elles vont devoir mettre en œuvre de nouveaux procédés et de nouveaux produits pour pallier à cette interdiction. La loi leur a laissé 5 ans pour trouver des solutions autant dans la recherche que dans la production.

Pour les secteurs de la restauration et de la distribution, les enjeux résident dans la prise de décision sur leur manière de vendre, mais aussi dans l’incitation auprès de leur clientèle à modifier leurs habitudes de consommation.

Pour le reste des entreprises, les « consommatrices », la loi n’aura pas d’impact direct, cependant, elle incitera des changements de comportements et une sensibilisation particulière.

2/ Les solutions alternatives

Il existe des alternatives simples pour remplacer la vaisselle plastique jetable, elles passent par un changement de comportement vis-à-vis de sa consommation personnelle et par le choix d’ustensiles plus respectueux de l’environnement. Voici quelques petits gestes simples pour remplacer la vaisselle plastique et contribuer au changement :

a. Changer ses habitudes

Les petits gestes du quotidien sont souvent ceux qui ont le plus d’impact. Prendre un contenant réutilisable (comme une tasse ou un mug) pour boire son café au travail est un très bon exemple de bonne pratique. Certaines machines à café sont aujourd’hui capables de reconnaître la présence d’une tasse !

Lors de la pause-déjeuner, privilégier des contenants comme les Tupperware®, ou des assiettes en porcelaine est une solution durable et simple pour éviter la vaisselle en plastique.

Proposer de créer une boîte à compost est également une solution. En effet, cette dernière permet d’aller plus loin dans la réduction des déchets et le compost peut servir à développer un jardinet au sein de l’entreprise.

En dehors du cadre de travail, il est possible chez certaines enseignes de ramener ses propres contenants : son thermos ou sa "lunchbox" par exemple. Cela permet de réduire sa consommation en plastique et d’engager une transition à plus grande échelle.

En tant qu’entreprise, il est possible d’engager ce changement, en proposant aux clients des alternatives à cette vaisselle. Cette démarche permet de repérer les préférences et de les mettre en place avant le 1er janvier 2020. Certains restaurateurs ont déjà commencé cette transition, par conviction ou par soucis de toujours proposer le meilleur à leurs clients. Pour aller plus loin, mettre à disposition une poubelle spéciale pour la vaisselle biodégradable peut inciter les clients à changer leur comportement.

cms-legislation-habitudes

b. Choisir ses produits alternatifs

Il existe plus de produits alternatifs que l’on ne le pense. Il faut cependant se méfier, certains étant plébiscités alors qu’ils ne sont pas réellement des alternatives durables. C’est le cas pour certains gobelets en carton, où une membrane plastique est utilisée pour assurer l’étanchéité du produit. Des alternatives aux contenants en plastique sont aussi disponibles en bambou ou en inox : mug isotherme et  "lunchbox". Pour les pailles et les touillettes, il existe aussi des alternatives en sucre.

Plutôt que d’acheter des bouteilles d’eau à usage unique, préférez des bouteilles réutilisables avec de l’eau du robinet : c’est plus écologique, et c’est plus sain. Lorsque les bouteilles à usage unique sont réutilisées, elles ont de forts risques de rejeter des substances nocives contenues dans le plastique.

Des entreprises innovantes ont même développé des contenants à base de résidus agricoles, comme la fibre de banane. Ce genre d’initiative est une preuve qu’il est possible de trouver des alternatives à la vaisselle plastique, et qu’il ne s’agit pas forcément de changer toutes ses habitudes.

3/ Les impacts sur le long terme de cette législation

Après avoir compris la loi et vu les alternatives, il faut aussi savoir pourquoi il est important d’opter pour des comportements différents, et quel impact cela peut avoir sur le long terme.

a. Sur l'écologie

Que représentent les déchets plastiques en chiffres ? Pour les gobelets en plastique cela se compte en milliards : 4,73 milliards jetés, pour seulement 1% recyclé, le reste étant soit utilisé comme combustible (et pose d’autres problèmes écologiques) soit enfouie. En Europe, les chiffres du recyclage atteignent seulement 25%, avec des procédés qui ne sont eux pas forcément respectueux de l’environnement. Il faut savoir qu’un déchet plastique, comme un bouchon de bouteille, met entre 100 et 1000 ans à se dégrader dans la nature. Les déchets plastiques représentent un réel problème pour la planète : ils polluent les océans (d’ici à 2050, il y aura plus de déchets que de poissons dans les océans), ils dégradent les conditions et la durée de vie de la faune et ils sont surtout dangereux pour la santé. Les composants de certains plastiques contiennent des perturbateurs endocriniens qui, même à faible dose, sont particulièrement dangereux pour l’homme. Arriver au 0% de déchets plastiques serait donc une victoire aussi bien pour la planète que pour les hommes.

b. Sur l'économie

cms-legislation-finances

L’économie bénéficie aussi de la réduction des déchets plastiques. En effet, les nouvelles règlementations imposent aux entreprises de trouver des solutions pour la conception, la production et le recyclage des produits et déchets plastiques. Toute cette recherche permet de créer de nouveaux emplois, aussi bien dans la recherche que dans la mise en place des outils et potentielles machines. C’est un véritable challenge pour les entreprises. Ces règlementations sont aussi bénéfiques à l’économie circulaire, qui pousse les entreprises à travailler ensemble pour montrer que les déchets des uns, sont les matières premières des autres.

Pour conclure, au 1er janvier 2020 ce n’est pas une simple interdiction de vente et de distribution qui entre en vigueur, mais bien une incitation à un changement de comportement des entreprises et des personnes. De la conception à la consommation de la vaisselle plastique jetable, des ajustements vont avoir lieu. C’est aussi à nous professionnels, de montrer une volonté d’agir pour des changements, nous sommes en mesure de montrer l’exemple, en proposant à nos clients des alternatives durables, mais aussi en créant des gestes simples pour participer à l’évolution de notre consommation.

Découvrez nos produits alternatifs

legislation-produit-asrog

Asrog 160 oZ


Découvrir le produit